Le paradoxe de la chemisette blanche

Déjà hier midi, au moment de la pause déjeuner, j’aurai dû m’inquiéter lorsque les collègues m’on dit : “Ouah, hé, on dirait un vendeur de l’UGC!”
Mais cette remarque ne m’a pas vexé…
Tout du moins jusqu’à hier soir en rentrant à l’appartement.
Moi traversant le parc, une fillette s’approche et me dit : “Monsieur, est-ce que les toilettes sont ouvertes?”
Toujours prêt à rendre service je lui réponds : “Ah ça je sais pas, j’ai pas regardé.”
Elle, surprise : “Ah? Vous ne travaillez pas ici?”

😮

Alors maintenant c’est décidé, et ce même si je respecte les vendeurs, vigiles et autres gardiens, lorsque je mettrai pantalon noir, chemisette blanche et cravate je garderai ma veste même si je dois mourir de chaud! Non mais!

20. June 2006 by admin
Categories: Humeur | Tags: | 3 comments

Comments (3)

  1. Retire la cravatte 😉

  2. Un café et l’addition s’il vous plait !
    😀

  3. Kinji > Ouai, mais… j’oublie moi…

    Ju > Je t’emm***

%d bloggers like this: