Deux films, un thème : l'oeil du mal et le jour où la Terre s'arrêta

Bon, mon titre est un peu réducteur, mais c’est ce que j’ai ressenti en voyant ces deux films : la peur de l’étranger et la peur des secrets que peut détenir un état (ici les U.S.) sur nous ou sur d’autres. En effet, que ce soit contre une entité E.T. ou terroriste ces deux histoires montrent les dérives que peut prendre un état à la “Big Brother” de George Orwell.

Le jour ou la Terre s’est arrêté est le premier exemple : une entité E.T. se pose sur Manathan (oui, pourquoi se poseraient-ils ailleurs qu’en Amérique, mmh ? ) et est directement prit comme une menace par le gouvernement U.S. Pourquoi comme une menace ? Sûrement car on nous le présente ainsi depuis des décennies dans les films de S.F., il ne peut donc en être autrement… Dans tous les cas ça ne force pas les visiteurs à être sympa…

Mis à part cette histoire de complot ce film est nul et s’il n’y avait pas la présence de la magnifique Jennifer Connelly il serait bon à mettre aux oubliettes : il n’y a rien d’original dans ce remake, l’E.T. représenté par Keanu Reeves est super naïf et les 10 dernières minutes de film sont tellement illogiques et incompréhensibles que l’on a l’impression que le film a été vite fini car les monteurs n’en pouvaient plus…
Le message de “meilleure compréhension entre les peuples” est cependant bien trouvé.
Je lui mets un petit 4/10 (dont 2 points de bonus pour le choix de Jennifer Connelly 😉 ).

L’oeil du mal est, par contre, un film à la hauteur de mes espérances ! Toujours dans l’idée de la peur des secrets du gouvernement, Shia Laboeuf (le formidable acteur qui a débuté dans la Guerre des Stevens et que l’on a vu dernièrement en tant qu’Indiana Jones junior au côté d’Harrison Ford) et Michelle Monaghan se retrouvent transformés en marionnettes d’une voix téléphonique et et doivent suivre ses consignes. Ils se retrouvent donc emportés dans une histoire d’ anti-terrorisme où tout dépasse notre entendement. Les cascades sont impressionantes et les possibilités qu’offrent cette manipulation des infrastructures informatiques fait frissoner !

Le film est rondement mené, les acteurs bien dans leurs rôles et on se sent emporté par l’histoire jusqu’au bout, un film à voir !
Je lui mets un joli 8/10 !


About shigaepouyen

Aventurier à l'Opinel, mono-maniaque à temps partiel, chef de projet mobile le reste du temps.

30. December 2008 by shigaepouyen
Categories: Général, Vu, Lu, Entendu | Tags: , , , | 3 comments

Comments (3)

  1. Si t’as du temps pendant tes vacances va voir Burn after reading ! Franchement bon.

  2. Oui Julien c’est le prochain que j’ai prévu d’aller voir !! 🙂

  3. Pingback: Revue de cinéma : Yes Man, Welcome, Burn after reading, 7 vies et … un truc naze | ShigaBlog

%d bloggers like this: